vendredi 21 octobre 2011

D'hier à aujourd'hui: le poste de pompiers des usines Angus


Le poste de pompiers est probablement l'un des bâtiments les plus emblématiques des usines Angus, non seulement parce qu'il se trouvait directement à l'entrée mais aussi à cause de sa tour sur laquelle était inscrit en brique blanche «Angus Shops». On ne voit aujourd'hui que «Angus» car «shops» a été subtilement biffé comme pour effacer l'anglicisme. 

Les plans de l'usine ont été conçus au début du siècle par Henry Goldmark et la construction s'est échelonnée de 1902 à 1904. A cette époque le poste de pompiers de la ville de Montréal était assez loin et si un incendie se déclarait, par le temps que les pompiers arrivent il n'aurait plus resté grand chose à éteindre. Pour le Canadien Pacifique il n'était pas question de prendre de chances et c'est pour cette raison que l'inclusion d'un poste de pompier à l'angle de Nolan (aujourd'hui Rachel) et Midway était incontournable. 

Sur la photo du haut on aperçoit la brigade, prête à intervenir. On disposait alors d'équipements de pointe dont des véhicules permettant de joindre rapidement n'importe quel partie des usines. Fait à noter, les pompiers d'Angus n'étaient pas affiliés au service des incendies de Montréal puisqu'ils étaient tous des employés du Canadien Pacifique. Le bâtiment logeait aussi le poste de police. La fameuse tour quant à elle servait, comme toutes les tours de postes de pompiers, à y suspendre les boyaux afin de les faire sècher.

Le bâtiment abrite aujourd'hui une succusale de la Société des Alcools et n'a architecturalement subi que de très légères modifications, comme on peut le voir sur la photo du bas. On a choisi de mettre en place des fausses portes qui donnent parfaitement l'illusion qu'il s'agit de vraies portes et pour peu que l'on pourrait les imaginer s'ouvrir pour laisser sortir des véhicules d'urgence d'époque. L'entrée à gauche a été remplie avec de la brique et malgré toute la bonne volonté du monde il aurait été difficile de la masquer complètement. Pour celà, il aurait fallu trouver la même brique que celle utilisée durant la construction, au début du vingtième siècle. L'effort global de conservation est à mon sens très appréciable et il est très agréable de constater encore aujourd'hui la présence de ce témoin de notre passé.

2 commentaires:

  1. J'effectue une recherche sur les casernes de pompiers de l'Île de Montréal. Merci beaucoup pour l'information sur la construction! Auriez-vous la date de fermeture ou d'arrêt du service d'incendie des Usines Angus?

    RépondreEffacer
  2. Il me serait difficile de répondre adéquatement à cette question. J'ai déjà effectué quelques recherches sur le sujet mais elles sont demeurées infructueuses.

    Toutefois il y a eu une modernisation des ateliers dans les années 50 qui ont certainement contribué à réduire les risques d'incendie. La démolition de plusieurs bâtiments dans les années 60/70 et l'urbanisation tout autour ont probablement contribué à rendre le vieux poste de pompiers désuet déjà à cette période-là.

    RépondreEffacer