jeudi 3 juin 2010

Silhouette du passé


Cette photo date un peu puisque je l’ai prise avec un appareil argentique jetable vers la fin des années 90. Y’a de cela plusieurs années, dans les années 60, il y avait là un marché Métro, propriété de monsieur Charbonneau. C’était l’époque où Métro avait acheté un entrepôt sur la rue Notre-Dame et avait pris le nom de Métro-Lasalle. Monique Gaube, en 1967, en vantait les mérites à la télévision. Quoique l’ogre de l’alimentation au Québec fût encore Steinberg, Métro-Lasalle parvenait tout de même à vendre pour 40 millions de dollars par an, ce qui n’est pas rien.

Sur les tuiles à gauche on peut voir la silhouette stylisée d'une femme poussant un panier d'alimentation bien rempli. C’était là un des deux symboles qui identifiaient Métro-Lasalle, l’autre étant un «cartoon» représentant un épicier.


Puis, dans les années qui ont suivi, et probablement à cause de la compétition de Steinberg et Dominion, dont deux magasins avaient été ouverts aux galeries d’Anjou en 1967, le marché de monsieur Charbonneau a tout simplement fermé. Le symbole de la femme poussant son panier, fait en métal noir, est resté là pendant un certain temps et puis on a fini par l’enlever. Seule est restée la silhouette ainsi que les deux petits luminaires verticaux en cuivre, comme on en retrouvait beaucoup dans les années 50 et 60. Quelques années plus tard c’est un club vidéo qui s’est installé dans l’ancien marché Charbonneau et il a fini par disparaître lui aussi. Aujourd’hui il ne reste que les deux luminaires et les fresques que le club vidéo avait fait peindre à l’époque.



Le saviez-vous? En 1983 les supermarchés Dominion du Québec ont disparu et ont été rachetés par Provigo. Quant à Steinberg, la fin est arrivée en 1992 et après une tentative d’achat par Loblaw, bloquée par le gouvernement du Québec, ils ont été rachetés par Métro et Provigo. Six ans plus tard Loblaw mettait la main sur Provigo.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire