vendredi 21 mai 2010

Parc Safari Africain


Le Parc Safari à Hemmingford a été ouvert en 1972 et portait alors le nom de Parc Safari Africain. Le concept était novateur puisqu’il permettait de voir les animaux dans un habitat [plus ou moins] naturel tout en demeurant dans sa voiture. Pour certaines sections fallait garder les vitres montées mais pour d’autres pas de problème. Vous n’avez jamais vu une girafe entrer sa tête dans une voiture et gober tout entier un gros sac de croustilles même pas ouvert? Ça vaut presque le prix d’entrée. 


Toujours est-il que l’attraction la plus amusante, et certainement la plus divertissante, était la réserve des singes (essentiellement des babouins) et ceux-ci n'hésitaient nullement à grimper sur les autos, à jouer avec les essuie-glaces, les antennes et se servir des pare-brise pour y faire leurs besoins (numéros 1 et 2). Avant d'y entrer toutefois la direction du parc y allait, avec l'aide d'un grand panneau très visible, d'un avertissement très clair destiné aux propriétaires de voitures avec toits en vinyle (quelque chose en vogue à l'époque): soit celui de ne pas entrer avec ladite voiture si elle avait un de ces toits. On suggérait alors fortement de prendre un genre d'autobus conçu pour cette visite que les gens pouvaient prendre pour quelques sous. Évidemment il y avait toujours des fins finauds qui se croyaient plus «smattes» et passaient outre l'avertissement (le Parc ne se tenaient pas responsable des dommages). Pourquoi? Parce que les babouins arrachaient carrément les toits de vinyle!! Mais les taquins ne s'en tenaient pas qu'à ça; essuies-glace, miroirs, ornement de capot... Rien n'était à leur épreuve. Et pour ajouter l'insulte à la blessure, ils se servaient souvent des voitures comme toilettes. Tenez, pour vous donner une idée, regardez l'image ci-dessous et remplacez la voiture par un Plymouth Duster 73 et le linge éparpillé par des morceaux de vinyle du toit. Toutefois cette séquence n'est pas accidentelle car elle a été filmé tout spécialement par le Knowsley Safari Park afin de mettre en garde les automobilistes de ne PAS entrer dans l'enclos des babouins avec un porte-bagage ou autres trucs du genre. Comme on le voit, les conséquences ne sont pas jojo. 

(Notez le miroir de l'auto, ho ho)

Bien entendu le Parc Safari Africain comptait, comme il compte toujours aujourd'hui, une boutique de produits de toutes sortes. On y retrouvait des t-shirts, des casquettes, des toutous en peluche, des lances africaines faite de bambou avec un faux silex en caoutchouc au bout et tout plein d'autres choses. De l'époque où l'on allait au Parc Safari, voici ceux qui ont été conservés.   

D'abord ce plat à croustilles (ou tout autre chose de votre choix) fait en bambou avec des motifs représentant les animaux présents dans le parc.  

Puis, ce «magnifique» ensemble salière-poivrière bien étampé de l'ancien nom soit le Parc Safari Africain. Ce genre d'ensemble n'était pas unique car on pouvait en retrouver des centaines d'autres partout en Amérique du Nord mais portant les noms d'autres établissement touristiques. 



Le saviez-vous? On estime que les babouins utilisent un peu plus d’une dizaine de vocalises différentes pour communiquer ensembles. Les groupes de babouins sont également très organisés dans des hiérarchies complexes qui fascinent les scientifiques qui les étudient. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire