mardi 18 janvier 2011

Investors Syndicate en 1953


Toutes les publicités d'investissement ou presque nous font sourciller un tant soit peu avec leurs prémisses de revenus potentiels et on peut se rendre compte qu'elles ne datent pas d'hier comme en fait foi celle d'Investors Syndicate du Canada qui est parue en 1953.

Les origines de cette compagnie remontent à 1894 à Minneapolis aux Etats-Unis en 1894 alors que sévissait une dépression économique. La compagnie, dont le nom était Investors Diversified Services offrait aux gens un plan d'investissement leur permettant de mettre des sous de côté. L'initiative a porté fruit et la compagnie est rapidement devenue une institution financière majeure. C'est en 1926 que la compagnie a débuté ses activités au Canada et, en 1940, une compagnie séparée, Investors Syndicate Limited, a été fondée.

Maintenant, en 1953 vous êtes un travailleur et vous vous laissez tenter par ce qu’offre Investors. Aurait-ce été une sage décision?

La réponse est: oui. Un travailleur qui aurait investi des sommes chez Investors aurait pu bénéficier sans l'ombre d'un doute de l'argent qu'il aurait confié à la compagnie puisque non seulement celle-ci existe-t-elle encore aujourd'hui mais qu'en 2009 ses actifs orbitaient autour de 100 milliards de dollars.

Au 18 janvier 1953 plusieurs personnes résidant sur la rue Dorchester entre De Lorimier et Amherst auraient bien aimé en avoir de l’argent, possiblement un peu plus que d’habitude même. La raison? Tout simplement parce que la ville de Montréal souhaite alors élargir Dorchester à cet endroit afin d’en faire un boulevard urbain. Les gens visés par l'éviction ont bien protesté car c'était tout à fait insensé d’imposer des déménagements à ce temps de l'année, à priori lorsque non seulement les loyers sont rares mais qu'en plus c'est quelque chose qui coûte cher. La ville prolonge la date officielle d'éviction au 1er mai (la date des déménagements à cette époque). Parmi ceux qui doivent quitter on compte monsieur Henri Côté, propriétaire d'un petit restaurant fort populaire au coin de Dorchester et Cartier ainsi que l'épicier-boucher du coin, monsieur Lemoignan. Mais à ce moment-là plusieurs maisons sont déjà été vidées et d’autres passent sous le pic des démolisseurs dont celles se trouvant entre Amherst et St-Hubert. Ce n’était pas le premier secteur à se faire charcuter pour faire place à la reine automobile, et certainement pas le dernier. Sur la photo ci-dessous on peut voir des maisons placardées qui attendent les démolisseurs avec, à l'arrière, le pont Jacques-Cartier ainsi que le même endroit aujourd'hui.




Le saviez-vous? Le nom de Dorchester est celui de l’ancien gouverneur britannique Guy Carleton, premier baron de Dorchester. Toutefois, avant de porter ce nom, la rue s’appelait le Grand chemin de la Haute-Folie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire