mercredi 23 février 2011

Ding dong!


Il arrive souvent que je me mette à crayonner sans exactement savoir ce que je vais faire. Les coups de crayon se suivent rapidement puis quelque chose prend forme. Ici je ne voulais faire qu'un laitier qui sonne à une porte puis, pour une raison ou une autre, est devenu une sorte d’insecte géant qui vend des siphons de chiottes. Allez savoir pourquoi. Ce sont là les aléas de l’improvisation graphique.





Le saviez-vous? Hergé et Franquin se vouaient une grande admiration mutuelle, chacun étant toutefois convaincu que l’autre était un plus grand artiste.

2 commentaires: