dimanche 13 février 2011

subsellium

C’était par un beau samedi nuageux mais parfaitement confortable que je suis allé flâner sur le chemin de la Reine-Marie afin de remplir ma caméra de photos. Les opportunités dans ce coin-là ne manquent certainement pas. Puis, à l’approche de Côte-des-Neiges j’ai eu ce p’tit creux comme seules les ballades photo peuvent en provoquer. J’ai donc décidé d’aller faire un arrêt aux puits dans le pavillon des pèlerins près de l’Oratoire St-Joseph. Lorsque j’étais gamin ma grand-mère aimait bien m’y amener pour casser la croûte après quoi on partait visiter le musée de cire juste en face.

Je n’avais pas visité ce casse-croûte depuis une éternité et j’ai été bien amusé de voir que bien peu de choses avaient changé à l’intérieur. La seule différence étant le nom du restaurant : la Sainte-Fringale. Sérieux. En ressortant, la panse bien pleine d’un bon Saint-Cheeseburger, de Sainte-Patates-Frites et d'une boisson gazeuse bénie, mon œil s’est trouvé attiré par ces bancs situés près de l'entrée du pavillon. Frais peinturés ils donnaient l’impression d’avoir passé un moment sous une pluie abondante.



Le saviez-vous? Le pavillon des pèlerins a ouvert en 1924, d’abord pour le kiosque et en 1928 pour le magasin, lequel existe toujours. Les dernières modifications architecturales ont été apportées entre 1953 et 1955.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire