jeudi 21 avril 2011

Le gin Burnett's en 1953


Cliquer pour agrandir

Si aujourd'hui on peut aisément se procurer de l'alcool dans les dépanneurs, épiceries et supermarchés ce n'était pas le cas à l'époque. Il faut dire qu'au Québec le commerce de l'alcool est contrôlé depuis 1921 par la Commission des liqueurs, créé par le premierministre Taschereau. Il fallait se rendre dans une Commission des liqueurs et choisir leproduit que l'on voulait selon une liste car on ne voyait pas les bouteilles. On achetait ainsi le produit de son choix, limité à une seule bouteille par achat jusqu'en 1941, lequel était alors emballé dans un papier opaque.

Durant cette période d'après-guerre cette industrie tentait de se rétablir comme produit de consommation légitime. Certains critiquèrent ces campagnes de marketing comme étant desfacteurs ne faisant que contribuer à l'érosion des valeurs et à la désintégration de l'ordre social. Chose certaine, ici au Québec les différents alcools ont eu droit à plein de pages de publicité dans les revues et journeaux, comme c'est le cas ici avec le gin Burnett's en 1953. Ce gin était distillé par Seagram's en Ontario mais dont le siège social de la compagnie se trouvait sur la rue Peel à Montréal.

La compagnie en tant que tel n'existe plus aujourd'hui, ses actifs ayant été acquis par différentes compagnies dont PepsiCo, Diageo et Pernod Ricard. Quant à la publicité d'aujourd'hui, sûrement que faire passer le message sur un carton de style réservation n'est pas exactement mauvais comme concept sauf que l'exécution est à mon sens assez paresseuse et n'a certainement pas exigé des heures à réaliser. Préférablement, on aurait dû imprimer le message sur un véritable carton et le photographier sur une table de restaurant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire