mercredi 24 août 2011

L'art de se faire avoir

Quand je suis sorti du cinéma Champlain, ce fameux dimanche après-midi de l'été 1977, j'avais juste envie de retourner à l'intérieur pour revoir Star Wars encore une fois. C'était évidemment pas possible. D'abord y'avait une file de gens encore plus longue que celle dans laquelle j'avais été deux heures avant et puis il aurait fallu racheter des billets de cinéma. Les clubs vidéo n'existaient pas alors si on voulait se taper de nouveau un film fallait payer une nouvelle fois. Pas trop longtemps après je me retrouve chez Discus sans but précis, comme toujours, et voilà ti-pas que j'aperçois ceci:

C'est un disque. C'est marqué Star Wars. What could go wrong?

La bande sonore de Star Wars! Waaaaa! J'ai flippé la pochette de bord pour regarder le prix puis j'ai plongé la main dans ma poche pour voir si j'en avais juste assez. J'ai payé à la caisse pour ensuite ressortir avec mon sac à la main, fier comme un chameau de mon achat. 

De retour à la maison j'ai filé dans ma chambre, déchiré le cellophane, retiré le disque de la pochette et l'ai plaçé sur mon tourne-disque Dorchester avec ses haut-parleurs tout-en-plastique-mais-qui-jouaient-quand-même-pas-si-mal. Fébrile, j'ai posé l'aiguille sur le disque pour entendre ceci:


Là, je comprenais pas pantoute. C'était quoi ce truc de synthétiseur à la con? Pendant que le disque continuait de jouer je réalisais que je m'étais fait fourrer assez sérieusement. A cette époque-là je n'étais pas le consommateur le plus avisé et si j'avais pris le temps de bien regarder la pochette j'aurais pu lire le message d'intérêt bien imprimé en haut à droite:

/$%?&*(:^!

Ce disque avait été pondu par un [supposé] groupe nommé Electric Moog Orchestra dont on ne sait finalement pas grand chose (même aujourd'hui). Les tounes suivaient grosso-modo les compositions originales au début mais peu de temps après ça se mettait à dérailler dans des trucs assez abstraits. Est-ce que le disque était forcément mauvais? Pas tant que ça mais ma frustration venait davantage du fait que je croyais sincèrement avoir acheté la véritable bande-sonore de Star Wars.

Malgré tout je dois dire que n'importe quel geek qui se respecte devrait avoir ce disque dans sa collection. Points bonus si vous avez acheté ce truc en croyant que c'était le real deal.





Le saviez-vous? John Williams a écouté cette version mais n'a pas fait de drame ni déchiré sa chemise. Au contraire, il a trouvé que ce disque permettait à ses compositions de trouver de nouveaux auditoires. 

5 commentaires:

  1. En regardant la mise en page de la pochette, je suis persuadée qu'un bon nombre de personnes ont dû avoir la même (mauvaise) surprise que toi en mettant cette galette sur leur pick-up! Disons que le "not the original soundtrack" n'est pas vraiment l'élément qui est mis le plus en évidence dans l'ensemble.

    C'est vraiment un échantillon sonore des années 70, mais personnellement, il y a des pièces moog beaucoup plus intéressantes que cette variation sur un thème de John Williams. Mais bon, comme ça tourne autour de Star Wars, on va être indulgent.
    La nostalgie pardonne bien des choses. ;)

    RépondreEffacer
  2. Je le veux!!! :D
    Je suis curieux d'entendre cette version synthétisée...

    RépondreEffacer
  3. Immeldouze: Effectivement, je suis pas mal persuadé que j'ai pas été le seul tapon à s'être fait avoir... Pour le reste je suis bien d'accord avec toi!

    Tom: Je crois que tu peux en trouver des exemplaires assez facilement sur eBay pour pas grand chose.

    Pluche

    RépondreEffacer
  4. J'ai vu qu'ils ont refait le coup avec "Rencontres du 3è Type". Espérons que cette fois les gens ne se soient pas fait avoir ;-)

    RépondreEffacer
  5. Ah tu vois je ne l'ai jamais vu celui-là.

    Pluche

    RépondreEffacer