mercredi 31 octobre 2012

Rationalité ectoplasmique - II

Dans le dernier article je vous parlais des infrasons et comment ceux-ci pouvaient provoquer tout un tas de symptômes chez les gens comme la peur, la panique, le malaise, l'angoisse et même faire apparaître des formes «fantomatiques» à la périphérie de la vision. Mais les infrasons à eux seuls ne peuvent pas expliquer tout. Parfois il arrive que des phénomènes étranges ne puissent pas être expliqués, mais alors là pas pantoute, par des infrasons.

Il y a cette vieille histoire, que j'ai lu il y a longtemps. Vers la fin des années 50 un couple fait l'acquisition d'une vieille maison dans l'ouest de Montréal. C'était une de ces magnifiques demeures toutes en pierre si caractéristique de la fin du 19è siècle. Elle avait fière allure avec sa tourelle en coin et sa cheminée. Elle n'avait subi que très peu de modifications au fil des ans. L'électricité y avait été bien sûr été installée et une grosse fournaise à l'huile dans la cave servait pour le chauffage.



La maison était bien belle mais avait besoin de quelques réparations ici et là, aussi avant d'aménager officiellement, le couple prend soin d'embaucher des entrepreneurs qui effectuent un certain nombre de menues réparations ici et là comme le toît, les fenêtres et la maçonnerie.

Le couple s'installe dans la maison juste avant l'automne et retiennent les services d'une domestique qui aidera à s'occuper des enfants. Ils ne sont pas dans la maison depuis bien longtemps que d'étranges phénomènes commençent à se manifester. Il y a d'abord ces bruits de pas dont la provenance est incertaine et curieuse puisque les corridors sont munis de longs tapis épais. Un soir l'épouse entend ces fameux pas à l'étage supérieur et décide d'aller voir. Elle monte rapidement l'escalier et entre dans la pièce qui se trouvait juste au-dessus pour se rendre compte que personne ne s'y trouve. La domestique est à la cuisine en-bas et avoue elle aussi avoir entendu ces fameux bruits de pas à plusieurs reprises.

Quelques jours plus tard monsieur et madame sont au salon bien tranquilles et voilà que leur fille aînée, âgée d'une dizaine d'années descend l'escalier. Elle dit à ses parents qu'il y a quelque chose dans la chambre, comme une ombre étrange qui se promène sur le plancher et qui semble vouloir se glisser dans le lit. Intrigué le père monte à l'étage afin de voir de quoi il en retourne. S'agirait-il d'un jeu de lumière provenant de l'extérieur? Malheureusement ce n'est pas le cas. Le père va voir dans la chambre de son autre fille, un peu plus jeune, et celle-ci affirme quant à elle entendre des bruits venant du grenier. La mère dit à ses filles qu'elles sont probablement encore chamboulées par le déménagement et le changement d'école et que tout va rentrer dans l'ordre.

Le père décide tout de même d'aller faire un tour au grenier. Il s'y rend avec une lampe de poche car il n'y a pas de lumière là-haut. Il a beau éclairer partout il n'y voit que les boîtes entreposées là et qui contiennent tout un tas d'objets. Un petit animal se serait-il introduit? Un oiseau ou un rongeur? il a beau regarder partout, incluant autour de l'oeil de boeuf, rien n'y fait. Il dit à son épouse que le jour suivant il installera quelques trappes à souris et vérifiera pour des traces d'excréments.

Le matin suivant au petit déjeuner tout le monde entend des bruits de pas à l'étage. Le père décide d'en avoir le coeur net et monte voir. Il est suivi de son épouse, de la domestique et des deux enfants. Chaque pièce est ouverte et visiblement il n'y a personne.

Le père quitte alors pour le travail et la dame se rend chez sa soeur alors que les filles se rendent à l'école. Seule la domestique reste pour y effectuer ses tâches. Le soir venu tous retrouvent la domestique dans tous ses états. Elle avoue avoir ressenti à plusieurs reprises un présence qui l'observait alors qu'elle lavait le plancher de la cuisine. Elle décrit aussi un sentiment d'opression. La domestique est en effet assez blême.



Au fil des jours qui suivent les phénomènes se poursuivent. Un soir monsieur est installé à la table de cuisine et, convaincu que son épouse, la domestique ou une de ses filles est derrière lui pour lui demander quelque chose il se retourne pour ne voir personne. Même ses nombreuses inspections dans le grenier ne donnent rien. Les trappes sont toujours là et n'ont pas été déclenchées. Il ne trouve pas non plus de traces d'excréments. Et sur la fine poussière du plancher du grenier il n'y a que ses propres traces à lui. Pourtant les filles affirment souvent entendre des bruits venant de là.

Quelques mois plus tard la famille ainsi que la domestique sont épuisés par tous ces phénomènes; bruits suspects, sensation d'opression, ombres mouvantes et étranges lueurs. Alors qu'ils sont au lit le couple entend un bruit inquiétant qui semble provenir de l'extérieur. Monsieur se lève et tasse le rideau pour ne rien apperçevoir du tout. La terrain devant la maison, tout comme la rue, est calme. Seul un monsieur passe avec son petit chien. S'il y aurait eu quelque chose, qu'il se dit, le chien aurait jappé, non? Et pourtant.

Le lendemain monsieur en profite pour annonçer que c'en est assez et qu'ils vont aller passer quelques jours à la campagne, histoire de se reposer. Il en profite pour donner un congé à la domestique, laquelle apprécie beaucoup. Leur séjour hors de la ville est magique. Tous dorment paisiblement et personne n'est incommodé d'aucune façon par quelquonques présences, bruits ou lueurs étranges. Mais dès le retour à la maison les phénomènes reprennent de plus belle. Chose curieuse ceux-ci s'aténuent automatiquement dès que l'on sort de la maison. Quelque chose se passe à l'intérieur, mais quoi?

Entretemps monsieur a embauché une nouvelle domestique qui n'a pas tardé après quelques jours à relater des expériences similaires à celle qui l'avait précédée. Durant la journée elle disait avoir la nette impression d'être suivie par une présence qu'elle n'arrivait jamais à identifier ni à voir. Un matin qu'elle passait l'aspirateur elle s'est même sentie prendre à la gorge par des mains invisibles. Elle raconte aussi cette grande femme habillée de noir qui a traversé le corridor à l'étage pour entrer dans la salle de jeu des enfants mais quand elle y est allée la pièce était vide. Elle dit avoir été prise de malaise, de nausées et de sensation de vertige, symptômes que les autres membres de la famille avaient aussi ressenti à plusieurs reprises.

Une nuit toute la maisonnée est brutalement réveillée par un hurlement. C'est la domestique. Monsieur se lève et, accompagné de son épouse, se rend aussitôt dans la chambre de la pauvre femme laquelle est assise dans son lit, le visage blanc de frayeur. Elle dit s'être réveillée soudainement et avoir vu un monsieur âgé qui se tenait debout au pied de son lit et qui la regardait sans broncher. Trop terrifiée elle est restée sous les couvertures et s'est assise brusquement lorsqu'elle a senti un main lui toucher l'épaule. C'est à ce moment qu'elle a crié.

Les phénomènes ne cessent pas, au contraire et un jour monsieur se rend à l'église de la paroisse pour en parler avec le prêtre. Intrigué ce dernier accepte d'aller faire un tour dans la maison. Sur place il en profite pour bénir chaque pièce de la maison sous le regard attentif de la famile et de la domestique. Mais le soir venu des bruits surgissent au grenier, comme si des gens déplacaient de lourdes charges. Monsieur monte rapidement mais quand il ouvre la porte il ne trouve rien sinon les boîtes qui n'ont pas changé de place ainsi que les trappes qui attendent toujours des rongeurs qui ne se manifestent visiblement pas.

Quelques jours plus tard monsieur est dehors et discute avec un voisin à propos de ce qui se passe chez-lui. Le voisin, qui habite la maison d'à côté depuis une vingtaine d'années affirme n'avoir jamais fait l'expérience de phénomènes étranges chez-lui mais que les gens qui habitaient la maison de monsieur avant en avaient souvent parlé. C'était une des raisons qui les avaient poussé à s'en aller. Monsieur décide donc de les contacter afin d'en savoir plus et découvre avec stupéfaction qu'ils avaient vécu les mêmes expériences. Ils n'avaient pas parlé d'histoires de fantômes car ils avaient eu peur de passer pour des fous.

Est-ce que la maison aurait été le théatre d'un crime sordide? Aurait-elle été construite là où il se serait passé quelque chose d'horrible? Un ancien cimetière peut-être? Malgré les recherches rien ne put confirmer de telles choses. Monsieur considérait lui-même vendre la maison car toutes ces nuits agitées étaient en train de saper la santé de toute la famille. Et c'était là quelque chose d'indéniable: toute la famille incluant la domestique étaient témoins de tous ces phénomènes.

Un soir monsieur entend un bruit soudain dans la cave, il ouvre la porte y menant et allume la lumière. En descendant l'escalier il est pris de vertige et se sent mal au point où il considère ne pas descendre jusqu'en bas. Pourtant il lui faut bien vérifier. En-bas il s'apperçoit qu'il commence à tituber et qu'il ressent une main invisible lui serrer la gorge. Pris de panique, il remonte. Son épouse le trouve afalé sur une chaise de la salle à manger, le teint pâle et livide. Pour l'épouse cette fois est de trop. Elle contacte le médecin de famille et lui raconte l'état dans lequel se trouve son mari. Ce dernier arrive et après un examen sommaire conclut que monsieur est empoisoné au monoxide de carbone. Le médecin demande à la dame s'il se trouve un appareil à combustion dans la maison. La dame lui dit que le poêle est électrique mais la fournaise dans la cave fonctionne à l'huile. Il recommande alors de la faire vérifier par un réparateur car il est possible qu'il émane de cette fournaise une certaine quantité de monoxide de carbone.



Monsieur et madame sont quelque peu perplexes. Se pourrait-il que tous ces phénomènes étranges puissent être dûs à une simple exposition au CO²? Et le couple entreprend d'expliquer au médecin tout ce qu'ils ont vécu depuis qu'ils ont aménagé dans cette maison.

Tout ce que vous ressentez depuis que vous êtes ici, leur dit-il, est fort probablement dû à une trop grande présence de monoxide de carbone, un gaz inodore et incolore dont l'exposition provoque toute une série de symptômes qui s'apparentent fort bien à tout ce que vous avez pu attribuer à l'inexpliquable.

Le lendemain un réparateur se pointe avec son coffre à outils et descend dans la cave, suivi de monsieur qui est, on peut le deviner, très curieux. Puis le type se met au travail. Après avoir fait le tour de la fournaise il regarde monsieur et lui dit que sa famille et lui ont dû en avoir des maux de tête... Devant le regard un peu perplexe de monsieur le réparateur affirme que la fournaise n'a pas été entretenue adéquatement et ce, depuis un bon bout de temps. Elle fuit à quelques endroits et libère une certaine quantité de monoxide de carbone partout dans la maison alors, rajoute t-il, si vous avez eu des migraines et autres trucs du genre ne cherchez pas plus loin. 

Une fois le travail terminé il remet sa facture et s'en va et recommande d'ouvrir un peu partout afin de bien faire aérer. Comme par miracle tous les phénomènes ont cessé brusquement, permettant à la famille de reprendre une vite normale.

Des fantômes? Surtout pas!

Cette histoire de monoxide de carbone, comme celle des infrasons, nous met en face de deux phénomènes tout à fait naturels mais qui tous les deux sont parfaitement invisibles et inodores mais qui peuvent certainement provoquer toute une floppée de symptômes que les plus imaginatifs attribueront probablement de nouveau aux fantômes mais qui pourront, encore une fois, être résolus en appelant ce gars-là:

2 commentaires:

  1. Excellent article! Je me souviens avoir lu sur les effets du monoxyde carbone.

    Marc

    RépondreSupprimer
  2. Oui, faut pas oublier que la réalité qui nous entoure est décodée et retransmise par notre cerveau. Tout ce qui peut affecter la chimie du cerveau risque de brouiller le "décodage"!

    RépondreSupprimer