lundi 2 décembre 2013

orantiaco


La dernière fois que je suis entré chez Orange Julep c'était il y a un peu plus de quinze ans. Et bien avant je m'y arrêtais avec des amis alors que l'on revenait d'une promenade à vélo. À chaque fois je m'étonnais toujours du fait que rien à l'intérieur ne changeait. Le bruit que la porte faisait en l'ouvrant et la fermant, le mobilier, les décorations sur les murs, la vaisselle, les ustensiles. C'était comme entrer dans un lieu où le temps ne semblait pas avoir de prise comme si ce n'était que tout récemment que Léo Gibeau l'avait ouvert et pourtant, dans les années 50, on s'y pressait déjà. Orange Julep était un de ces rares restaurants où l'on trouvait encore des ces bancs alignés le long d'un court comptoir, un peu comme chez Ben's. Et justement, lors de ma toute dernière visite je repensais à Ben's qui était en train de se faire mettre un bulldozer dans la tronche. Au moins, je me suis dit, il me reste Orange Julep. Lorsque j'y suis revenu j'ai trouvé la porte verrouillée. Je reviendrai alors. Mais chaque fois que je revenais c'était la même chose. Du coup, j'ai craint le pire et j’ai eu ce pressentiment que la bâtisse allait y goûter et ce, malgré son magnifique marquee et son architecture unique. Alors j’ai pris quelques clichés du restaurant avant qu’il ne disparaisse. J’avais vu juste. Quelques mois plus tard il ne restait plus rien et aujourd’hui l'espace est occupé par d'autres de ces condos ternes et sans âme. Mais on a installé une sorte de grosse boule orange devant, comme pour rappeler qu'avant, il y avait un coin sympathique où il faisait bon venir casser la croûte et jaser avec l'ami, le voisin ou quelqu'un que l'on ne connaissait pas. Ce n'est pas juste un bâtiment qu'on a démoli mais aussi un peu de nous autres.



Saviez-vous ça vous autres? La maison oussé que Thomas Jefferson a écrit la Déclaration d’indépendance des États-Unis est aujourd’hui un kiosque à patates frites pis à hamburgers.

3 commentaires:

  1. Pourquoi tout perdre ces précieux joyaux que nous possédons pour les remplacer par des condos??? J'en ai beaucoup de peine, cet endroit fait grande partie de ma vie d'adolescente, rendez-vous d'amis après avoir pris une longue marche sur la rue Sherbrooke ou après la messe de minuit des chauffeurs de taxi juste en face au centre d'achat Maisonneuve. Je m'y rendait avec ma gang d'amis André Goyette, Serge Hotte, (tous les deux aujourd'hui décédés) Francine Farmer (décédée aussi) Gilbert Aubut ainsi que Denise Lévesque.

    RépondreEffacer
  2. Dans les années 70 je me rendais souvent a vélo pour boire une de ces oranges! Elle était vraiment la meilleur avec son drôle de carton broche et un trou pour la grosse paille! Je me souviens encore du coin il y avait un centre d'achat avec une épicerie Dominion!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, le centre commercial d'en face était le centre Maisonneuve, lequel existe toujours quoique les magasins d'époque comme le Dominion (aujourd'hui un Maxi) ainsi que le Handy Andy ont disparu. Ah, et n'oublions pas le cinéma plus loin vers l'emplacement de l'actuel Canadian Tire et qui est lui aussi disparu. Quant au fleuriste d'Alcantara il a fermé et le bâtiment a longtemps été laissé à l'abandon et il a été complètement rasé il n'y a pas si longtemps.

      Pluche

      Effacer