dimanche 15 octobre 2017

Nudus XXV


Voici Noa, de nouveau, photographiée l'été dernier. Ça faisait environ trois ans qu'elle n'avait pas paru devant ma lentille. Dès qu'elle a laissée tomber la robe de chambre je n'ai pas pu rien faire d'autre qu'être bouche bée devant la transformation que son corps avait subi depuis la dernière fois qu'elle avait posé pour moi. Une silhouette plus élancée, des épaules plus rondes, des biceps fermes, un galbe des jambes prononcé, et des abdominaux sculptés au couteau. Quel changement!!

«Je sais que j'ai de très bons gènes car ça court dans ma famille. Ma sœur est d'ailleurs, physiquement parlant, une copie conforme. De certains diront que nous sommes sorties du même moule à gâteaux, mais être frangins ne garantit nullement le partage des mêmes gènes. Parfois, ceux de la branche paternelle sont plus présents alors qu'a d'autres moments ce sont ceux de la branche maternelle. Toutefois, je ne peux me fier qu'à eux pour mon avenir.» Me dit-elle d'entrée de jeu. «J'ai toujours fait du sport. J'ai appris à nager pratiquement en même temps que j'ai appris à marcher. Dès que j'en avais l'occaze, j'étais à l'eau. Le vélo et le jogging ont toujours fait partie de mon quotidien. Et pour la nourriture, facile de suivre la diète méditerranéenne quand t'as un père Grec que je soupc¸onne être, dans le secret, le cuistôt des dieux de l'Olympe! Mais depuis un an et des poussières j'ai décidé de pousser la machine encore un peu plus. Lever plus tôt, exercices de yoga, p'tit déj, et ensuite dehors pour au moins une heure de course. Quatre fois par semaine au gym pour le cardio, le spinning, la musculation, dont une journée réservée à la natation. Lorsque je suis allée visiter mon amie surfeuse Kalea à Hawaï, elle m'a initiée aux exercices sous l'eau, à dix mètres de profondeur. Y'a bien fallu aussi que je renouvelle un peu ma garde-robe. De 53 centimètres de tour de taille je suis passée à 48 et j'ai gagné en force, en rapidité, et en endurance.  Au final d'une session, l'euphorie des endorphines qui dansent la salsa partout dans mon corps est trop enivrante. On parle beaucoup de maladies dues au surplus de poids, et à l'inactivité physique, alors j'ai décidé de faire un beau cadeau à mon moi futur.» Me dit-elle en souriant. 





Le saviez-vous? Ernestine Shepherd est une Américaine de 80 ans qui pratique le culturisme régulièrement, et qui a écrit deux livres sur le sujet.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire