mercredi 1 décembre 2010

Bobino


Est-ce que l’'émission pour enfants Bobino a besoin de présentation? Possiblement pas, enfin, pour les plus vieilles générations. Cette émission a commencé sur les ondes de Radio-Canada en 1957 avec pour seul personnage, Bobino, créé par son interprète, Guy Sanche. En plus de jouer le rôle-titre le sympathique comédien signe aussi les textes de l’émission. En 1958 arrive Michel Cailloux qui prend la relève aux textes et entreprend alors de donner à Bobino une petite sœur espiègle, Bobinette. Michel Cailloux insiste d'ailleurs pour que Bobinette soit une marionnette, laquelle fait sa première apparition en 1960 avec la comédienne Paule Bayard comme marionnettiste et interprète.

En 1973 Paule Bayard tombe très malade et ne peut évidemment plus continuer. Il faut donc la remplacer. C'est une jeune fille du nom de Lise Laplante dont le père, Marcel Laplante est réalisateur de l'émission, qui hérite du rôle. Toutefois, Lise Laplante apparait au générique sous son nom d'artiste; Christine Lamer.


Outre Bobino et Bobinette on retrouve une panoplie de personnages absolument loufoques dont Camério, qui filme l'émission et qui réagit aux questions de Bobino en hochant de gauche à droite ou de haut en bas, Gustave le fantôme que l'on n'entend qu'avec ses grelots, Tapageur, une autre fantôme mais qui ne s'exprime qu’avec un pouet-pouet, le général Garde-à-Vous qui réside chez Bobino et dont on entend la voix bourrue dans le téléphone. Et, bien entendu, Télécino qui présente les p'tits bouts de films, souvent en catastrophe quand Bobino recoit un coup de poire à eau ou qu'un pétard à la farine lui saute dans la tronche. Tenez, voici les génériques de quelques-uns de ces p'tits bouts de films...















En 1983 la mentalité Radio-Canada commence à changer. C’est bien beau et bien l’fun Bobino mais on est en train de se convaincre que les «ratings» c’est plus important que n’importe quoi d’autre, incluant la qualité. On annonce donc comme ça que Bobino va bientôt être retiré des ondes définitivement. Le déluge de lettres et de coups de téléphones, j’vous dis pas. Le message est clair : on ne veut pas voir Bobino disparaître, point à la ligne. Radio-Canada fait donc marche arrière mais c’est une ruse. En réalité ce retrait est pour mieux affuter la lame du couperet et que l’on fait tomber comme ça en 1985. Crac! Voilà, merci bonsoir.

Un personnage unique et inoubliable.

Après 28 ans de loyaux services, à divertir et instruire les tout-petits, comme il appelait les enfants, sur toute une foule de sujets comme l'histoire, la géographie et la musique, Guy Sanche se retrouve du jour au lendemain brutalement coupé de tout ce monde qu'il avait créé pour des générations d'enfants. De certains prétendent que l'interprète de Bobino n’arrive tout simplement pas à se remettre d'avoir été aussi cavalièrement éliminé des ondes après avoir passé tant d'années a si bien divertir les enfants. Il s’en retourne à sa demeure de Saint-Fabien-sur-Mer, peut-être dans l'espoir de pouvoir passer à autre chose mais ça ne se passe comme ça, malheureusement. Guy Sanche se voit atteint d’un cancer auquel il succombe le 26 janvier 1988 à l'hôpital de Rimouski, trois ans à peine après la fin de Bobino.


Lorsque j'étais tout petit gamin de deux pommes et un quart Bobino était mon émission sacrée. Et lorsqu’elle jouait c’était là le seul temps de la journée où l'on savait exactement où me trouver. Un peu avant seize heures, où que j'étais et quoi que je faisais, je me mettais à courir en direction du boudoir où allumait le vieux poste de télévision avec ses oreilles de lapin. Bien souvent j'arrivais un peu avant l'heure et je piaffais d'impatience de voir enfin disparaître de l'écran Aline Desjardins et son émission «Femme d'aujourd'hui». Et après d'interminables commerciaux la fameuse chanson débutait. Après toutes ces années le générique vient ressasser mes souvenirs et me ramène à cette époque où, en l'écoutant, j'étais confortablement installé dans une cabane faite avec les fauteuils qui étaient dans la pièce ainsi qu'avec ma marionnette Bobinette en main. Que j'ai toujours d'ailleurs.

Merci monsieur Sanche.

Quand j'étais gamin Bobino était mon émission sacrée, le seul temps de la journée où l'on savait exactement où me trouver. Un peu avant seize heures, où que j'étais et quoi que je faisait je me mettais à courir en direction du boudoir et allumait le vieux poste de télévision avec ses oreilles de lapin. Bien souvent j'arrivais un peu avant l'heure et je piaffais d'impatience de voir enfin disparaître de l'écran Aline Desjardins et son émission «Femme d'aujourd'hui». Et après d'interminables commerciaux la fameuse chanson débutait. Après toutes ces années le générique vient ressasser mes souvenirs et me ramène à cette époque où, en l'écoutant, j'étais confortablement installé dans une cabane faite avec les fauteuils qui étaient dans la pièce ainsi qu'avec ma marionnette Bobinette en main. Que j'ai toujours d'ailleurs.




Le saviez-vous? L’émission Bobino a été diffusée pendant plus de 28 ans pendant lesquelles on a produit plus de 5170 épisodes, établissant ainsi un record canadien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire