vendredi 5 septembre 2014

Des jouets bien tentants

Lorsque j’étais gamin les samedis me rendait fou comme un balai. Pas seulement pour les cartoons du matin, ni pour les plusse excellentes émission Déclic, Bagatelle et Cosmos : 1999 mais aussi parce que c’était la journée où arrivait, tôt le matin, Pif Gadget chez le marchand de journaux. Le samedi était donc la journée du bonheur.

Au fil des numéros de Pif, en tournant les pages, il a fallu que je m’habitue à un truc; mis à part Big Jim et Lego, la plupart des jouets annoncés n’étaient jamais disponibles ici au Québec, ni ailleurs au pays. C’est un peu dommage parce qu’il y en a certains qui me faisaient saliver.

C’était les années 70 et grâce à Star Wars la science-fiction était soudainement devenue une catégorie de jouets à la mode et qui pouvait s’avérer extrêmement profitable pour toute compagnie qui savait tirer son épingle du jeu. Mais pour ça fallait pondre quelque chose d’imaginatif qui savait n’emprunter que très peu au film de Lucas. Les concepts originaux n’étaient pas légion parce que, justement, trop de compagnies ne faisaient que copier ce que Kenner faisait, parfois au point où l’on pouvait s’y méprendre. Mais il arrivait de temps à autres que des concepts intéressants fassent leur apparition. C’est le cas, entre autres, d’une série de figurines de science-fiction appelée Galaxy et fabriquées par la défunte compagnie Atlantic, laquelle était bien connue en Europe pour ses soldats de plastique à l’échelle 1/32 et HO.  







Outre leur design que j’aimais tout particulièrement, ces figurines comportaient de nombreux accessoires, des pièces interchangeables et des plateaux de jeu. Qui plus est, elles étaient chacune vendues avec un comic qui nous en apprenait davantage sur les personnages de l’univers Galaxy. Les concepteurs s’étaient visiblement forcés pour créer un produit intéressant, bien ficelé et qui avait son identité propre, pas exactement facile en cette période Star Wars.


Ces figurines immédiatement plu et je me suis mis à espérer bien fort pouvoir les trouver quelque part ici. J’imaginais même à l’avance toutes sortes d’aventures. Mais rien n’y a fait. J’ai eu beau z’yeuter les allées des jouets de Woolco, Miracle Mart, K-Mart, Rossy et même Distribution au Consommateur lorsque l’on allait dans ces magasins, mais rien à faire, elles sont demeurées parfaitement introuvables. Il a évidemment bien fallu que j’en fasse mon deuil. Dommage. Peut-être qu'un jour dans une vente de garage ou une brocante.



Le saviez-vous? La compagnie Atlantic a cessé de produire de nouvelles figurines dès 1978 et toute production a cessé en 1984. Les moules ont été vendus a une compagnie irakienne et ont tous été détruits durant la première guerre du Golfe. Quelques moules ont toutefois été acquis par la compagnie Nexus Editrice , laquelle détient aujourd'hui les droits sur tous les produits du catalogue Atlantic.

4 commentaires:

  1. >pour la plusse excellente émission Cosmos : 1999
    J'ai rêvé d'avoir une réplique du vaisseau «aigle» (Eagle) ; et plus tard, j'ai rêvé de Maya (Catherine Schell) ;-) Merci Studio Pluche pour un autre superbe billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! C'est toujours un plaisir pour moi de partager des parcelles de souvenirs. Quant à l'Aigle il a été disponible en deux versions; la première par Dinky, tout en métal et long d'environ 12 pouces alors que l'autre faisait quelque chose comme 32 pouces et quelques, tout en plastique et fabriqué par Mattel. Ce dernier étant plus rare. J'ai un article en préparation sur ces deux-là.

      Pluche

      Supprimer
  2. Dominic, regarde sur eBay.fr, il y en a des tonnes, encore dans leur emballage original! Et ce n'est pas exagérément cher, une centaine d'euros par figurine, pour des Mint in Box!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai souvent apperçu mais je me dis toujours comment se fait-il que nous n'ayons jamais eu ces trucs ici? Ça aurait fait un carton.

      Supprimer