samedi 6 juin 2015

Le restaurant Rieno

(Photo: collection personnelle)

Vers la fin des années 40 à Montréal les crèmeries se comptent pratiquement sur les doigts d’une main mais les choses changent. C’est comme ça qu’en 1947 s’ouvre, au 2825 de l’avenue Orléans, tout juste au sud de la rue Sherbrooke, la crèmerie Notre-Dame. Si les gens qui habitent au sud d’Hochelaga peuvent compter sur deux crèmeries situées sur Ontario, la crèmerie Bourget et la crèmerie Économique, c’est un petit peu plus loin pour les résidents qui se trouvent au nord d’Hochelaga, secteur alors en plein développement. Les affaires vont bien et, en 1948, la crèmerie Notre-Dame change de nom pour Rieno Milk Bar. Rieno est tout simplement un raccourcissement du nom original; CrèmeRIE NOtre-Dame. Voilà pour ça.

(Photo: Archives de la ville de Montréal)

À partir de ce moment, et jusqu’en 1957, le commerce a pignon sur l’avenue Orléans mais en 1958 l’adresse devient officiellement le 3950 Sherbrooke. L’aménagement du restaurant est changé et on offre alors quelque chose qui devient de plus en plus populaire : le service à l’auto ou, comme c’était appelé dans le temps, «curb service». Le restaurant Sambo, situé un peu plus à l’est, offrait déjà ce service très apprécié des clients. Durant les années 60 on en a profité pour changer l’enseigne, le nom de Rieno devient alors proéminent et est bien visible, surtout le soir alors que les ampoules dans les lettre s’allument. Au deuxième étage du Rieno il y a le Chomedey Lounge lequel connaît lui aussi une bonne popularité. L'enseigne du restaurant, sur la rue Sherbrooke, a aussi été changée pour quelque chose du plus imposant avec, aussi, un jeu de lumières clignotantes.

(Photo: Archives de la ville de Montréal, agrandissement)

Les années 80 marquent le glas du Rieno et celui ferme et c’est un Howard Johnson qui prend la place. Mais déjà à ce moment l'architecture du restaurant l'a pris dans la tronche et n’a plus rien de l’élégant bâtiment des années 50, malheureusement. Durant les années 90 c’est un Moe’s qui s’installe, lequel connaît un bon succès, surtout avec sa terrasse. 

(Photo: via Google Street View)

Mais voilà qu’en 2014 Moe's a lui aussi fermé à son tour. N’espérez pas de nouveau restaurant car l’ancien Rieno est, au moment d'écrire ces lignes, en voie de démolition pour être remplacé par, vous l'aurez deviné, un projet de condos. 




Le saviez-vous? Ce secteur était autrefois parsemé de grande terres agricoles, lesquelles partaient du fleuve et allaient souvent jusqu'à la hauteur de l'actuel boulevard Rosemont. Ces terres appartenaient à des familles comme Valois, Desjardins, Morgan, Molson, Bourbonnière et autres. Certaines rues du quartier portent des nom qui rappellent justement ces anciens propriétaires. 

12 commentaires:

  1. Les condos sont les fléaux de ce siècle

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le condo en tant que tel mais plutôt leur prolifération sans bornes partout. La ville laisse les promoteurs construire n'importe quoi, n'importe où sans aucune considération et semble croire que la prospérité de Montréal passe par la densification urbaine.

      Pluche

      Effacer
  2. Architecture absolument intéressante !!! Dommage.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Vous avez raison, c'est vraiment dommage qu'un tel bâtiment ait été détruit.

      Pluche

      Effacer
  3. nous avons célébré notre mariage dans la salle du chomedey lounge du restaurant Rieno....c'était en 1975

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Si vous avez des photos et que ça vous intéresse de les partager ici faites-le moi savoir via l'adresse de courriel qui apparaît sur la bande de droite. Je suis convaincu que ça intéresserait plusieurs personnes.

      Pluche

      Effacer
  4. Si le Rieno original avait survécu, c'eut été dommage de le voir démolir; malheureusement, les modification des années 70 avaient déjà fortement diminué son intérêt. Je me rappelle être souvent allé, à l'époque, dans son stationnement avec mon vélo à siège banane et guidons rallongés... Ce serait intéressant de savoir qui était à l'origine de ce commerce de restauration qui était un monument du coin.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est très dommage que le bâtiment original, avec son architecture avant-gardiste, pour l'époque, ait été démoli. C'était, hélas, annonciateur de choses à venir et quantité de ces commerces uniques sont passés sous les chenilles de bulldozers pour voir s'ériger à leur place des bâtisses fades et sans âme. Quant à savoir qui était à l'origine du commerce je ne suis pas arrivé à le trouver, malheureusement.

      Pluche



      Effacer
  5. Ahum! Je n'avait pas lu votre texte quand j'ai écrit mon commentaire, je n'avais regardé que les photos. Merci de ces détails qui m'ont toujours mystifiés! Signé, Anonyme (don Pedro)

    RépondreEffacer
  6. Quelqu'un sait comment s'appelait le bar au sous sol dans les années fin '70 & '80 ?

    RépondreEffacer
  7. Très belle article merci pour avoir expliqué comment ca c'est passé avec les années :)

    RépondreEffacer