mardi 2 juin 2015

Le baseball de Mattel

Je me souviens de cette période, vers la fin des années 70, où l’on a commencé à voir apparaître les jeux électroniques portatifs. D’abord dans les catalogues où, avec la seule image des bidules, l’on se demandait bien comment ça pouvait bien fonctionner. Puis, progressivement, on les a vu arriver dans les magasins et dans certains d’entre eux le personnel se faisait un plaisir de nous montrer de quoi il en retournait et même de nous les faire essayer. Chose certaine, ça ne manquait pas de nous impressionner, surtout que nous étions surtout habitués aux grosses machines d’arcades. Et là il y avait ces petits machins qui tenaient dans la main et qui nous permettaient de jouer soit au football, au hockey, au basket ou encore, comme c’est le cas ici, au baseball. Chaque jeu ne pouvait jouer que celui qu’il indiquait mais à l’époque c’était novateur et c’était aussi ce qui se faisait de mieux. J’ai reçu le jeu de baseball que vous voyez aujourd’hui pour mon anniversaire en 1979 si je me souviens bien. C’était l’époque où j’adorais me rendre au stade avec l’ami Daniel afin d’y voir les Expos, bien assis dans les «bleachers» ces fameux sièges à bon marché. Ce jeu électronique, fonctionnant sur simple pile 9 volts, a donc été un cadeau fort apprécié, inutile de le préciser.

Le boîtier, comme on peut le constater, est certes très rudimentaire mais il est intéressant de noter comment le panneau de jeu simule un stade de baseball, complet avec gradins, terrain, joueurs et tableau de pointage (qui affichait réellement le pointage). N’y manque que le bruit de la foule et de l’odeur des hot dogs à $1. Bon, j’exagère un peu.

En fait, la seule indication qu’il se passait quelque chose sur le terrain était le clignotement de petites lumières LED rouges qui bougeaient selon un parcours déterminé et des sons qui indiquaient des choses spécifiques. Pour jouer, il fallait simplement presser les boutons au bon moment. Ça portait un peu à confusion au début mais après un peu de pratique le jeu devenait passionnant.

Comme on peut le voir ce jeu a été fabriqué à Hong Kong. Du milieu des années 60 jusqu’au début des années 80 une bonne quantité de jouets vendus en Amérique du Nord provenaient de là. Et ils étaient de bonne qualité puisque plusieurs des jeux électroniques de l’époque fonctionnent encore, comme le mien d’ailleurs. Si les instructions sont ici en anglais, il se trouvait dans la boîte la version en français, imprimée sur une feuille de papier. Les jeux de Mattel Electronics ont connu assez de succès pour que d’autres embarquent, comme par exemple Coleco qui a aussi produit sa propre série de jeux portatifs assez similaires comme le fameux «Head to Head» et qui a été très populaire. Milton-Bradley a également vendu bonne quantité de son jeu Simon.







Le saviez-vous? Si le premier DEL de spectrum visible rouge a vu le jour en 1962 le phénomène de l’électroluminescence a été découvert pour la première fois par le britannique H.J. Round des laboratoires Marconi en 1907. 

1 commentaire:

  1. Il existait, au cours des années 1960, une version manuelle de ce jeu et qui ressemblait à cette version électronique. On jouait avec des dés, puis des pions qui représentaient les joueurs. Les diverses combinaisons de deux dés représentaient des aspects du jeu (Simple, double, circuit, retrait sur 3 prises, etc.) Même après avoir jeté le vieux jeu de carton, j'ai continué à jouer des dés, ajoutant des situations qui n'existaient pas à l'origine. Je l'ai tellement fait que cela est demeuré dans ma mémoire et, même aujourd'hui, en lançant des dés, je saurais que 2-3 est un simple, 4-4 un retrait sur trois prises, mais un but volé quand il y a un joueur sur les sentiers. Ah ! le circuit, c'est 6-6. Quand je travaillais comme opérateur pour une station de radio, j'avais mes dés et ma feuille de pointage et le patron en avait marre d'entendre sans cesse rouler ces dés !

    RépondreEffacer