jeudi 30 octobre 2014

The Munsters

Aucune période dans l’histoire de la télévision n’a été aussi fertile que les années 60 quant à la quantité et la variété d’émission proposées. Outre les sitcoms traditionnels et shows de vedettes, on a exploré des concepts parfaitement nouveaux; des voyages dans le temps (The Time Tunnel), des explorations sous-marines (Voyage to The bottom of The Sea), des sorcières (Bewitched), des génies (I Dream of Jeannie), des mondes de géants (Land of the Giants), la science-fiction (Lost in Space, Star Trek), des aventures africaines (Tarzan, Daktari), de l’espionnage (Get Smart, The Man From U.N.C.L.E., Mission : Impossible), du western (Gunsmoke, Bonanza), du fantastique (The Outer Limits, The Twilight Zone), des aventuriers masqués (Batman, The Green Hornet), de la fantaisie (My Living Doll), pour n’en nommer que quelques-uns.

En 1964 le réseau ABC (American Broadcasting Company) lance la série The Addams Family, adaptée de la bande dessinée du même nom de Charles Addams. Afin de la concurrencer sur le même créneau, le réseau CBS (Columbia Broadcasting System) décide de créer sa propre série de «comédie d’horreur». L’idée n’est cependant pas nouvelle puisqu’elle a d’abord été initialement suggérée à Universal par Bob Clampett à la fin des années 40. Clampett est un animateur, producteur et réalisateur connu pour son travail avec Warner Bros pour les Looney Tunes et Merry Melodies ainsi que pour avoir créé les personnages du dessin animé Beanny and Cecil. Les choses en sont demeurées là, enfin, jusqu’au début des années 60 alors qu’une idée similaire à celle de Clampett est alors proposée par les scénaristes de Rocky & Bullwinkle, Allan Burns et Chris Hayward. L’idée fait son chemin jusqu’à deux autres scénaristes Norm Leibman et Ed Haas, lesquels pondent alors un script intitulé Love Thy Monster avec des personnages directement inspirés des fameux monstres de Universal et qui ont connu leurs heures de gloire dans les années 30 et 40; Frankenstein, Dracula, The Mummy, The Wolfman et Creature from the Black Lagoon.


À partir de là Liebman et Hass imaginent alors une famille de monstres qui habite une maison délabrée dans une banlieue imaginaire de Los Angeles mais, au lieu de terroriser tout le monde, ils vivent simplement comme tout le monde. Enfin, presque. Et c’est là tout ce qui fait la différence d’avec The Addams Family, laquelle ne met pas en scène des monstres mais bien des personnages excentriques ayant un sérieux penchant pour le sinistre et le macabre et qui se plaisent à être différents. Pour un temps certains bonzes sont convaincus qu’il faudrait en faire un dessin animé alors que d’autres penchent pour une série avec de vrais acteurs costumés. C’est cette dernière option qui sera éventuellement retenue. Maintenant que le concept de l’émission est conçu il ne reste qu’à procéder à la distribution des rôles.

Le patriarche de la famille Munster se prénomme Herman dont le look est directement calqué sur le Frankenstein de Karloff. Aucun danger quant aux droits d’auteurs quant à l’apparence puisque ceux-ci sont détenus par Universal qui produit la série. Le rôle a certaines exigences. Outre le physique il faut un acteur capable de jouer le caractère particulier d’Herman car bien qu’il soit à la tête de la famille il agit parfois comme un enfant et n’hésite pas à recourir à des crises de colère infantiles en tapant du pied et des mains. Il a bon cœur mais il est aussi naïf, ce qui l’empêche souvent de bien comprendre les situations et de percevoir les mauvaises intentions des gens. Très fort physiquement, il peut soulever des poids énormes et un coffre-fort reçu sur la tête ne l’affecte aucunement. Sa laideur fait aussi craquer les miroirs et se faire enfuir non seulement des gens mais aussi des choses inanimées comme des statues ou encore des animaux empaillés. Il faut donc un acteur de grande taille ayant assez de talent pour interpréter un «Frankenstein» drôle. Heureusement les producteurs n’ont pas à chercher longtemps et leur choix s’arrête sur Fred Gwynne, que l’on a pu voir entre autres dans la série policière Car 54, Where Are You? Non seulement Gwynne possède le talent mais à près de six pieds cinq pouces et un faciès tout à fait particulier, il est tout à fait taillé pour le rôle d’Herman.


L’épouse d’Herman s’appelle initialement Phoebe. Elle est aussi une femme au foyer (nous sommes dans les années 60 après tout). Elle est la matriarche de la famille mais également la voix de la raison, celle qui règle les problèmes et qui agit comme médiatrice lorsqu’il y a de la chicane dans la cabane. Phoebe est cependant dotée de tout un caractère et, bien qu’elle soit en amour avec son Herman, peut facilement se mettre en colère contre lui. Parmi ses tâches ménagères on peut mentionner répandre des ordures dans la maison et vaporiser de la poussière partout. On confie le rôle à la très jolie Joan Marshall que l’on avait alors pu voir dans différentes séries TV dont The Twilight Zone, Gunsmoke et plus tard Star Trek.


Le troisième personnage est celui de Grandpa, le père de Phoebe et vampire de son état. Il peut donc à loisir se changer en loup ou en chauve-souris. Son passe-temps favori est d’inventer toutes sortes de bidules dans le donjon qui se trouve au sous-sol de la résidence familiale. Même s’il est considéré comme le plus avisé de la famille il a un caractère sarcastique doublé d’une tête de mule redoutable. Il n’hésitera d’ailleurs aucunement à bouder pour démontrer son mécontentement. Pour jouer ce rôle les producteurs choisissent Al Lewis, un vétéran du vaudeville et du burlesque qui a joué à de nombreuses reprises sur Broadway. À la télé on l’a aussi vu dans Car 54, Where Are You? où Lewis et Gwynne s’étaient liés d’une grande amitié. 


Herman et Phoebe sont les heureux parents d’Eddie qui lui, est un loup-garou quoiqu’il démontre à certains moments des caractéristiques de vampire. Il dort dans un tiroir et son toutou, Woof-Woof, ressemble beaucoup au loup-garou interprété par Lon Chaney jr. Il va à l’école primaire et malgré son apparence et son costume de petit Lord Flaunteroy, rien ne le distingue des autres écoliers à part qu’il soit relativement tannant. Pour le rôle d’Eddie le choix original était Billy Mumy (Lost in Space) mais ses parents n’ont pas approuvé les longues séances de maquillage auquel il aurait dû se soumettre quotidiennement. Mumy est toutefois apparu dans un épisode; Come back, Little Googie. Le rôle d’Eddie est allé à Nate «Happy» Derman, lequel a joué dans d’autres séries télé comme Mister Ed et The Beverly Hillbillies.


Le dernier personnage et non le moindre est Marilyn, la nièce de Phoebe. Elle demeure avec les Munster pendant qu’elle étudie au collège et sa grande particularité vient du fait est qu’elle est la seule de la famille à ne pas avoir une apparence de ghoule; par conséquent, selon les standards de beauté de la famille Munster, elle est considérée comme laide et non-attirante. Conséquemment ils la voient comme affligée et la traitent avec douceur et amour. Elle ne peut avoir d’amoureux parce que tous ceux qu’elle ramène à la maison s’enfuient de frayeur en voyant Herman, Grandpa et Phoebe. Elle n’est pas, outre-mesure, décontenancée ou horrifiée par l’apparence de la maison, des recettes putrides de Lily et croit sincèrement que tout ce qui l’entoure est parfaitement normal. Pour jouer le rôle de Marilyn on choisit une jeune actrice du nom de Beverley Owen qui a joué, entre autres choses, dans le téléroman-savon As The World Turns. Pour les besoins du personnage par contre on l’affuble d’une perruque blonde.


Alors, voilà pour les personnages et la distribution des rôles. Tout ça est bien beau mais encore faut-il vendre la série. Pour cela on s’affaire à tourner ce que l’on appelle une émission-pilote afin d’évaluer toute la patente. Une émission-pilote est généralement un épisode complet qui n’est pas spécifiquement destinée à la diffusion publique mais bien souvent aux exécutifs d’un réseau dans le but de vendre la série et de jauger son succès potentiel. Sa durée est plus courte et on s’arrange pour mettre en scène les éléments essentiels qui donnent une idée générale du produit. Certains pilotes, une fois acceptés, sont alors réédités afin de pouvoir être diffusés. Et, comme c’est souvent le cas, de nombreuses modifications sont apportées parfois aux scénarios, aux contextes, aux décors ou encore aux personnages eux-mêmes. C’est le cas pour The Munsters dont voici la séquence d’introduction originale.



L’émission-pilote est bien reçue et CBS donne le feu vert pour la production, laquelle sera assurée par Joe Connelly et Bob Mosher, bien connus avoir créé Leave it to Beaver. Par contre on décide d’apporter certains changements importants. En premier lieu on estime que le personnage de Joan Marshall, Phoebe, ressemble trop à Morticia Addams de la série The Addams Family. Phoebe devient donc Lily mais plutôt que de simplement changer le costume et le maquillage de Joan Marshall les exécutifs de CBS décident de confier le rôle à Yvonne DeCarlo, une actrice ayant connu une carrière florissante dans les années 40 et 50, entre autres pour son rôle de Sephora dans The Ten Commandements. On en profite également pour changer le costume, passant d’une longue robe noire à une autre, claire avec des motifs rappelant une toile d’araignée. Al Lewis et Fred Gwynne ont tous deux protesté contre l’arrivée d’Yvonne De Carlo mais ont plus tard changé leur fusil d’épaule en admettant que De Carlo avait un grand talent pour la comédie. Fait intéressant, même s’il jouait le père de Lily, Al Lewis n’était en fait qu’un an plus vieux qu’Yvonne De Carlo.


On estime aussi que le personnage d’Eddie est trop garnement détestable. On décide d’en faire un gamin agréable et obéissant. On évacue Happy Derman pour le remplacer par Butch Patrick, lequel en est à ses premières armes comme acteur.


La série débute le 24 septembre 1964. À ce moment, le contexte et les personnalités sont établies plus solidement. Outre les changements mentionnés plus haut, le contexte de la série demeure essentiellement le même. Voyons maintenant la séquence d'introduction officielle de l’émission comparativement avec celle du pilote. On pourra noter qu'elle est mieux chorégraphiée, qu'il n'y a aucun temps mort entre l’arrivée des personnages et que la musique s'inscrit beaucoup mieux dans le contexte «lugubre» de l'émission. Si vous y voyez une certaine ressemblance avec la séquence d’ouverture de l’émission The Donna Reed Show c’est qu’on a tout simplement décidé de parodier.



On avait initialement conçu The Munsters pour être diffusée en couleurs mais ultimement on a choisi d’y aller avec le noir et blanc. Les producteurs étaient convaincus que la version en couleurs ferait peur aux enfants quoique le véritable motif en fût un d’ordre monétaire; en filmant en noir et blanc plutôt qu’en couleurs on économisait $10,000 par épisode. Durant la production de la première saison on a aussi apporté d’autres changements, notamment en ce qui concerne le maquillage des acteurs. La figure d’Herman a été élargie via une nouvelle prothèse, ceci afin de lui donner un air d’andouille plus prononcé. Gwynne a aussi remanié quelque peu l’interprétation de son personnage pour le rendre plus comique, comme le faire bégayer à la Porky Pig lorsqu’il est en colère. On ajoute aussi un personnage secondaire, le corbeau, qui niche dans l’horloge. La voix de l’oiseau, qui cite souvent Shakespeare (nevermore!) n’était autre que celle de Mel Blanc, qui n’a malheureusement pas été crédité. À quelques occasions c’était Bob Hastings qui jouait le rôle. Quelques autres membres de la famille vont faire certaines apparitions dont oncle Gilbert, qui se trouve à n’être nul autre que la bibitte du film Creature from the Black Lagoon. Une autre personnage, unique lui aussi, est le dragon Spot, qui vit sous l’escalier.




Parmi les éléments tout à fait inédits de l’émission, on peut noter deux voitures très distinctes et résolument originales soit la Drag-U-La (un cercueil roulant) ainsi que le Munster Koach. Les voitures ont été construites par le légendaire George Barris, connu pour avoir aussi construit la fameuse Batmobile (1966).



D’autre part il a souvent été mention, à tort, que Lily et Herman ont été le premier couple à être vus à la télévision en train de partager un lit. En réalité cette «distinction» revient à l’émission Mary Kay and Johnny durant un épisode diffusé en 1947. Les deux acteurs jouant le couple étaient toutefois mariés dans la vraie vie. Le premier couple non-marié à apparaître à la télé dans le même lit a été celui de Samantha et Darrin dans la série Bewitched en 1964. En dessins animés cet honneur revient à Délima et Fred Flintstone.





Pause pendant le tournage de la première saison. On y voit Beverley Owen qui tricote, Fred Gwynne perdu dans ses pensées et Yvonne De Carlo qui s'entretient avec une assistante.

Durant la fameuse parade Macy's à New York. Gwynne a plus tard avoué avoir prit quelques verres avant le départ parce qu'il considérait qu'être un brin pompette était le seul moyen d'envoyer la main aux enfants durant tout le long du trajet.

Gwynne et Lewis après une longue journée de tournage. Les deux acteurs étaient de grands amis hors des plateaux. 

Durant un épisode loufoque, Herman se fait frapper par la foudre, ce qui a pour conséquence de lui donner une apparence... normale, à son grand effroi!

La série a connu assez de succès pour que CBS commande une seconde saison. Par contre Beverley Owen n’était pas heureuse avec son rôle et elle a alors demandé aux producteurs d’annuler son contrat, ce que Universal a accepté. Par contre on ne pouvait pas trop tarder à trouver une remplaçante. C’est finalement Pat Priest qui a obtenu le rôle. On lui a fait passer une audition un mercredi, les producteurs l’ont appelé le vendredi pour signer le contrat alors que le tournage de la seconde saison s’est amorcé le lundi suivant.


Par contre le départ d’Owen a obligé à les producteurs refaire toute la séquence d’introduction originale de l’émission puisqu’elle avait été tournée en une seule séquence avec Beverley Owen. On en a profité pour non seulement refaire la dynamique mais aussi pour utiliser une nouvelle version, plus rock, de la chanson-thème qui avait été composée par Jack Marshall.



Malheureusement CBS a décidé de ne pas renouveler pour une troisième saison. Cette décision est largement attribuée à l’immense succès de la série Batman, du réseau concurrent ABC et laquelle était en couleurs. Mais comme c’est souvent le cas pour d’autres émissions, The Munsters ont gagné en popularité lorsque la série a été reprise par différentes stations de télévision pour être diffusée de nouveau. On aura tout de même tourné un film, Munster, go Home, en couleurs mais cette fois avec Debbie Watson dans le rôle de Marilyn, une décision de Universal qui est loin d’avoir plu à Pat Priest.



Les Munsters sont toutefois revenus, en 1981 soit quinze ans plus tard pour un téléfilm intitulé The Munster’s Revenge où le propriétaire d’un musée de cire utilise des robots à l’image de Herman et Grandpa pour voler des antiquités égyptiennes. Gwynne, Lewis et De Carlo ont repris leurs rôles respectifs mais ceux d’Eddie et Marilyn ont été respectivement joué par K.C. Martel et Jo McDonnell.


Prouvant une fois de plus que Hollywood peine à concevoir de nouvelles choses, on a décidé de tourner, en 1988, un remake des Munsters avec une nouvelle série appelée The Munsters Today et cette fois avec une toute nouvelle brochette d’acteurs. Cette série a duré trois saisons et les avis ont été très partagés. Plusieurs ont manifesté leur déception non pas à cause des acteurs qui tentaient de tirer leur épingle du jeu mais bien parce que la magie n’était plus là.

Non.

Parce que les concepteurs n’ont plus une seule once d’imagination, on a déterré de nouveau les Munsters en 2012 avec un projet de série télé intitulé Mockingbird Lane. Au niveau du concept on a complètement évacué les costumes et les maquillages qui avaient contribué au charme de l’émission originale. Le personnage de Herman n’avait plus rien du Herman original et ressemblait plutôt à une personne normale hormis quelques cicatrices. L’ensemble s’est avéré extraordinairement mal cousu et NBC a finalement décidé de ne pas donner le feu vert.


Au moment d’écrire ceci il ne reste que trois des acteurs de la série qui sont encore parmi nous soit Beverley Owens, Pat Priest et Butch Patrick. Fred Gwynne (Herman) est décédé le 2 juillet 1993 des suites d’un cancer du pancréas. Al Lewis quant à lui est mort de causes naturelles le 3 février 2006 mais il avait connu de sérieux problèmes de santé qui avaient nécessité une angioplastie ainsi que l’amputation d’une jambe. Gwynne et Lewis étaient reconnus pour fumer comme de véritables cheminées. Yvonne De Carlo est décédée quant à elle de causes naturelles le 8 janvier 2007 à l’âge de 84 ans. Elle avait préalablement été traitée pour des problèmes cardiaques.


Al Lewis et Fred Gwynne à la fin des années 80. 

Fred Gwynne dans l'un de ses derniers rôles; celui du juge Haller dans le film My Cousin Vinny (1992).


Beverley Owen, il y a de cela quelques années. 

Butch Patrick et Pat Priest durant une convention dédiée aux Munsters.



Le saviez-vous? Le costume de Fred Gwynne était très lourd et aussi très chaud, ce qui le faisait transpirer abondamment au point où il avait perdu beaucoup de poids. La prothèse qu’il portait à la tête, mise en place avec de gros élastiques, lui a valu de redoutables céphalées ainsi que des douleurs cervicales qui ont perduré pendant de nombreuses années.


2 commentaires:

  1. Hello Dom! Very nice write up my friend! I was absolutely smitten with Yvonne DeCarlo as a boy. (Still am). I really do need to swing by your blog more often. By the way.. are you on Instagram? You really should be with all the great pics you have to share! Talk soon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi Darrin, thanks for dropping by. Always a pleasure to hear from you. I hope the translation Google provides is a good one. In any case writing this article was a lot of work but well worth it. Although Yvonne DeCarlo was beautiful I was myself smitten by Barbara Eden of I Dream of Jeannie (still am). As for Instagram, no, unfortunately and I'm still a bit undecided. But, as they say, never say never.

      Dom

      Supprimer